Notre-Dame des Landes : l’abandon, c’est maintenant !

54 525
citoyens souhaitent l'abandon de l'aéroport Notre-Dame des Landes maintenant !

En participant à cette mobilisation en ligne, vous avez conscience que vos données sont transmises aux cibles de la pétition et que vous recevrez ponctuellement les bilans de cette action ainsi que d’autres actions similaires en provenance de l’association Agir pour l’Environnement. Désabonnement possible dans chaque courriel envoyé ou sur simple demande.

Pourquoi cette pétition ?

Le lundi 14 novembre 2016, la cour administrative d’appel de Nantes va rendre sa décision sur quatre arrêtés pris par le préfet de Loire-Atlantique. Ces arrêtés étaient censés être l’ultime étape avant le début des travaux à Notre-Dame des Landes. La plaidoirie de la rapporteure publique est venue refroidir les ardeurs des bétonneurs.

La rapporteure publique a en effet demandé l’annulation de ces quatre arrêtés.

Alors que le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes vient de connaître un nouveau camouflet judiciaire, un sondage IFOP commandé par Agir pour l’Environnement relève que :

  • moins d’un quart des Français (24%) se déclare favorable à la construction de ce projet décrié.
  • à contrario, 47% des sondés expriment leur désir qu’il soit abandonné.

Ce sondage apporte une nouvelle fois la preuve que la consultation départementale organisé en juin dernier n’était aucunement représentative de l’état de l’opinion nationale à l’égard de ce projet d’aéroport.

La probable annulation des quatre arrêtés préfectoraux doit amener le chef de l’Etat à renoncer à ce qui apparaît désormais comme un grand projet inutile, imposé ET impopulaire !

En effet, alors que :

  • la ministre de l’Ecologie considère que cet « aéroport est mal engagé, surdimensionné, conçu sur des études infondées » et défendu par des élus « qui n’ont pas voulu écouter les objections » ;
  • que les experts n’ont de cesse de dénoncer l’inexactitude des évaluations de trafics ayant permis de justifier l’utilité de ce projet (le nombre de décollages et atterrissages étant sensiblement le même en 2015 qu’en 2000… alors même que les promoteurs du projet affirment qu’en 2050, le nombre de mouvements aura triplé !!!)
  • que la rapporteure publique vient de demander à la cour administrative d’appel de Nantes d’annuler les arrêtés préfectoraux au motif de « dégradation certaine » des milieux aquatiques… ceci ayant pour conséquence de bloquer durablement le début des travaux… Cette magistrate indépendante n’a d’ailleurs pas hésité, durant sa plaidoirie à poser la seule question qui vaille : « Peut-on vivre sans un aéroport idéal ? Oui. Peut-on vivre sans eau ? Non ».

Alors que des dizaines de milliers de militantes et militants se tiennent prêts à se mobiliser en cas de lancement des travaux de défrichage à Notre-Dame des Landes, François Hollande doit maintenant prendre ses responsabilités.

Il doit abandonner un projet :

  • qui n’a pas fait la démonstration de son utilité ;
  • engendre un coût non négligeable pour la collectivité nationale ;
  • entretient un modèle de développement gourmand en ressources pétrolières, très émetteur de gaz à effet de serre, détruisant une zone humide fragile et un espace agricole essentiel.

A quelques jours du premier anniversaire de la tenue de la COP21, l’aberration que constitue ce projet d’aéroport climaticide et énergivores doit cesser. Le caprice de certains élus locaux, intoxiqués au kérosène, ne peut durablement s’affranchir de la volonté d’une opinion publique hostile à un projet qui, pour être en zone humide, prend l’eau de toutes parts.

Il est désormais temps d’écouter les voix toujours plus nombreuses réclamant l’abandon de ce projet.